Personne(s) à contacter

Service Déchets

0 800 500 125 (appel gratuit depuis un poste fixe),  ri@cc-regionblain.fr

Actualités

Foire aux questions

1) Pourquoi la redevance incitative ?

Le Grenelle de l’Environnement prévoit que toutes les collectivités mettent en place une tarification incitative pour la gestion des déchets. Cette orientation est confirmée par la nouvelle loi de transition énergétique du 17 août 2015.

De plus, les coûts de traitement des déchets (indépendants de notre collectivité) ont fortement augmenté depuis 10 ans (incinération, collecte, TVA…) sans incidence notable sur votre facture. Afin de poursuivre cette démarche de maîtrise des tarifs, deux solutions s’offraient à nous :

  • répercuter ces augmentations sur tous les foyers
  • ou les faire supporter à ceux qui produisent le plus de déchets non recyclables.

C’est cette dernière option qui a été choisie : en liant le montant de la facture au volume d’ordures ménagères présenté à la collecte, elle vise à inciter les usagers à réduire leur production de déchets.

2) Je produis des déchets : qui paye ?

C’est le producteur qui paye (particulier, professionnel, collectivité…). Comme pour l’eau, l’électricité ou le gaz, chacun paie selon ses besoins et son comportement.

Celui qui trie et réduit ses déchets paie moins que celui qui produit de gros volumes. Les expériences des collectivités voisines ayant déjà mis en place la redevance incitative depuis quelques années ont montré que grâce à ses bonnes pratiques de recyclage, plus de la moitié des foyers voyait leurs factures baisser ou se stabiliser.

3) Allez-vous peser mes déchets ?

Non. Ce n’est pas le poids de la poubelle grise qui est pris en compte pour établir votre facture, mais son volume et le nombre de fois où elle est ramassée. Les camions sont équipés d’un dispositif qui permet de lire la puce électronique de votre bac au moment de la collecte.

Un conseil : ne sortez votre bac que quand il est plein.

4) Est-ce que je vais payer plus cher ?

Cela va dépendre de vos pratiques et de la quantité de déchets que vous produirez.

En maison individuelle, cela dépendra du nombre de fois où vous sortez votre poubelle. Si elle est ramassée 2 fois par mois en moyenne, votre facture sera à peu près la même. Si vous la sortez moins, votre redevance devrait baisser sensiblement.

Le principe étant : plus vous réduisez la quantité de vos ordures ménagères (compostage, lutte contre le gaspillage alimentaire, stop pub…), mieux vous triez, moins vous jeter de déchets et plus votre facture diminue.

En habitat collectif, la facture globale est envoyée au propriétaire ou au gestionnaire (bailleur, syndic…) qui la paie directement au Pays de Blain. Il répercute ensuite les coûts sur les charges de chaque logement en fonction de règles qui lui sont propres. Si l’ensemble des résidents réduit son volume d’ordures ménagères (plus de tri des emballages, compostage collectif…), la baisse de la facture sera répartie entre tous.

Le Pays de Blain peut mettre à disposition des moyens de communication et de sensibilisation (affiches, interventions d’animatrices, distribution de guides et de sacs de tri…) pour atteindre cet objectif.

5) Si je sors ma poubelle moins souvent, ne va-t-elle pas dégager des odeurs ?

En 2019, la fréquence des collectes restera inchangée. Le camion poubelle continuera de passer toutes les semaines car c’est une obligation légale. Vous pourrez donc sortir votre bac après un repas important, par exemple, ou par forte chaleur, selon les déchets qu’il contient si vous voulez éviter ce type de nuisance.

Mais il faut bien se souvenir que ce sont seulement les déchets biodégradables qui produisent les mauvaises odeurs. Et pour éviter ce problème, il suffit simplement de les composter ! Vous limiterez ainsi les désagréments et vous réduirez d’autant votre facture en réduisant la quantité de déchets que vous remettez au service de collecte.

De manière générale, si vous utilisez des sacs solides et bien fermés, vous n’aurez pas de problèmes d’odeurs. Et si vous pensez à placer votre bac à l’ombre l’été, vous réduirez encore davantage le risque d’odeur.

6) En quoi la collectivité ferait-elle des économies alors que les camions passent toujours autant ?

Dans la gestion des déchets, la collecte + le traitement des déchets sont les postes les plus coûteux = 70 % de la facture globale.

En réduisant les quantités d’ordures ménagères, nous pouvons réaliser des économies :

  • sur la collecte : même si les camions continuent à passer aux mêmes fréquences, avec moins de déchets à collecter, ils sont moins vite remplis et effectuent moins d’aller-retours pour aller vider les bennes.
  • sur le traitement : le Pays de Blain est aussi facturé au tonnage ; baisse des tonnes enfouies = diminution des coûts de traitement.

7) Comment éviter qu’un voisin mal intentionné ne remplisse mon bac ?

L’idéal, c’est de sortir votre bac quand il est plein. Ainsi, personne ne pourra y rajouter ses déchets.

Attention, il faut cependant veiller à ne pas trop les compacter : trop tassé, le bac ne se videra pas.

Après le ramassage, rangez votre bac à l’intérieur (jardin, garage). Pour les bacs qui doivent rester en bord de voie, un système de fermeture par clé ou d’autres solutions seront proposées.

8) La redevance incitative ne va-t-elle pas encourager les dépôts sauvages ?

Transporter régulièrement une poubelle dans le coffre de sa voiture et la déposer sans être vu, s’avère plus contraignant que de réduire ses déchets.

Les contrôles qui existent déjà seront renforcés et des moyens supplémentaires seront être mis en œuvre pour traiter les éventuelles incivilités.

Attention : brûler ses déchets (y compris verts) reste interdit par la loi.

9) En tant que professionnel, je produis très peu de déchets. Que vais-je payer avec la redevance incitative ?

Dorénavant, le volume réel de vos bacs à déchets est pris en compte pour le calcul de la facture. Au terme de l’année 2019, en fonction des résultats de la 1ère année d’application de la RI, la collectivité étudiera la possibilité de revoir les dotations de bac pour s’adapter au plus près des besoins pour les usagers qui produisent une très faible quantité de déchets (ex : doter l’usager d’un bac plus petit que le 120 litres – volume minimum disponible aujourd’hui).