Gestion des déchets : évolution des tarifs 2022

Mise en place en 2019, la Redevance Incitative finance la totalité des coûts de collecte et de traitement de l’ensemble des déchets produits sur le territoire par les particuliers et les professionnels : ordures ménagères, emballages, papier, verre et tous les apports en déchèterie. Le service rendu comprend aussi la prévention des déchets et les actions autour du tri, du compostage…

En 2022, les tarifs liés à la gestion des déchets évoluent. Explications. 

Pourquoi une évolution des tarifs ?

De plus en plus de déchets collectés sur le territoire sont valorisés grâce aux efforts de chacun. Mais les taxes de l’État ainsi que les tonnages collectés ne cessent d’augmenter et génèrent des coûts supplémentaires. Afin de retrouver un équilibre financier, les tarifs liés à la gestion des déchets évoluent pour les particuliers comme les professionnels.

La hausse des dépenses pour le Pays de Blain s’explique principalement par :

Une hausse des charges liées à la gestion des déchets

Bien que les quantités d’ordures ménagères résiduelles produites (poubelle verte) aient fortement baissées depuis 3 ans, nous continuons de produire de nombreux autres déchets (emballages, gravats, déchets verts, cartons, tout-venant, etc.)

À cela s’ajoute une forte augmentation permanente des coûts de gestion et de traitement des déchets, notamment la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP). Cette taxe est appliquée sur l’enfouissement du Tout-venant/Encombrant issus des déchèteries et des ordures ménagères résiduelles.

  • En 2018, cette taxe s’élevait à 24€/tonne, en 2021 elle s’est élevée à 37€/tonne.
  • En 2022, elle nous coûtera 45€/tonne, pour arriver à 65€/tonne en 2025.
  • Pour 2022, cette augmentation représente 6 € par foyer et par an.

L’augmentation des tonnages collectés en déchèterie

De 559 kg de déchets produits par habitant et par an en 2019, nous sommes aujourd’hui à 620 kg. Soit plus de 61 kg par habitant en seulement 2 ans, alors que les objectifs étaient à la réduction.

Les apports en déchèteries ont en effet fortement augmenté (effets induits par le déconfinement, nouvelles pratiques d’achat avec la vente par correspondance qui génère beaucoup de cartons, reprise économique notamment dans le domaine de la construction qui produit gravats et déchets en mélange, etc.). Le réseau des déchèteries capte ainsi la part la plus importante des tonnages produits par le territoire (64% du gisement).

Conclusion : Les coûts de collecte et de traitement de tous ces déchets sont en hausses.

Une augmentation des incivilités qui coûte cher

Depuis 2020, nous constatons une forte augmentation de déchets non recyclables dans les colonnes de tri sélectif. 30% des tonnages collectés dans ces contenants ne sont pas recyclables.

Ces déchets sont jetés dans les colonnes de tri pour ne pas devoir les amener à la déchèterie ou les mettre dans son conteneur individuel. Le coût de ces incivilités s’élève à 18,96 € par an et par foyer.

Le deuxième constat, et qui fait augmenter les coûts, est le dépôt de déchets au pied des contenants. Les services communaux et intercommunaux ont donc dû intensifier le nettoyage des points de collecte, avec du personnel dédié quotidiennement aux tâches de suppression de ces dépôts sauvages. Le coût de ces abandons de déchets sur l’espace public représente une dépense inutile de 7,15 € par an et par foyer.

Cumulés, dépôts sauvages et erreurs de tri volontaires, représentent près de 10% du montant de la redevance, que tout le monde paye, y compris celles et ceux qui commettent ces incivilités.

Une inflation générale

Augmentation de l’électricité, l’eau, le fuel, les vêtements de travail, les assurances…

Des investissements mis en place pour la redevance déchets et les futurs projets

Afin de mettre en place les nouveaux modes de collecte, il a fallu investir dans de nouveaux contenants et de nouveaux outils de collecte (équipement des bennes et logiciels informatiques) qui augmentent le montant des amortissements annuels obligatoires. Il est également nécessaire de provisionner pour financer les futurs équipements attendus par la population comme la nouvelle déchèterie intercommunale de Blain (prévue pour 2024) ou l’arrivée des bacs « jaunes » destinés à la mise en œuvre de la collecte des emballages recyclables en porte à porte (programmée pour 2022).

Un exemple concret

Vous êtes un foyer d’1 à 2 personnes et disposez d’un bac à ordures ménagères de 120 litres

Vous paierez 205,80 € par an pour 13 levées, contre 184 € en 2021, soit 1,82 € de plus par mois. Au-delà de 13 levées par an, chaque présentation du bac sera facturée 5,95 €.

La facture que vous recevrez en janvier concerne la collecte du second semestre 2021. Cette facture ne sera pas concernée par les nouveaux tarifs. Les tarifs s’appliquent dès le 1er janvier 2022. Ils apparaîtront donc sur la facture du premier semestre 2022 que vous recevrez en juillet 2022. Retrouvez tous les tarifs ici 

Chiffres clés

Production de déchets sur le territoire aujourd’hui :

559 kg en 2019,  521 kg en 2020 et 620 kg/habitant en 2021 dont :

  • 121 kg/habitant d’ordures ménagères,
  • 103 kg/habitant de déchets recyclables
  • 397 kg/habitant en déchèteries

+ 23 % de déchets collectés en déchèteries entre 2019 et 2020

7 176 contributeurs à la redevance incitative, dont 6 745 particuliers

+ 75% d’augmentation de la TGAP entre 2021 et 2025 à tonnages constants pour le Pays de Blain

92% des recettes proviennent de la Redevance Incitative

Ce qu’il faut viser pour demain :

Pour respecter les obligations de réduction fixées par la loi de transition énergétique pour la croissance verte et la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, les objectifs que doit se fixer le territoire sont les suivants :

  • Produire moins de 510 kg/hab/an en 2025
  • Produire moins de 482 kg/hab/an en 2031